1628-hippodrome.gif

EXPOS - MUSEES

© Philippe Schuller

Aqua - L'invention des Romains

du 8 novembre au 6 mai 2018 Lugdunum, musée et théâtres romains - Lyon

L’eau, indispensable à la vie, est un élément fondateur de la civilisation romaine. Aqueducs, puits citernes, thermes, fontaines… témoignent de l’omniprésence de l’eau dans la vie quotidienne des Romains.
La civilisation gréco-romaine a pris naissance dans le monde méditerranéen, où l’eau est un bien rare et précieux. L’eau qui désaltère, qui irrigue et qui lave, est symbole de vie, de fertilité et de pureté. Les Romains attachaient la plus grande importance à la qualité de l'eau qu'ils buvaient et dans laquelle ils se baignaient régulièrement. Capter l’eau, la conduire, la faire jaillir dans les fontaines, signifiaient le luxe et la maîtrise technique. A Lugdunum, quatre grands aqueducs pouvaient déverser chaque jour dizaines de milliers de m3 d’eau : par leur longueur et leur complexité, unique dans le monde romain, ils attestent des moyens considérables mis en œuvre pour conduire l’eau jusqu’aux points les plus élevés de la ville.

Le cœur de l’exposition est destiné à montrer à un très large public, enfants et adultes, l’importance que l’eau avait déjà dans le monde romain, à travers l’exemple de Lyon, son omniprésence dans la vie quotidienne, les moyens considérables qui ont été consacrés aux « monuments des eaux » et leur haut degré de technicité.

Les bons plans pour découvrir l'exposition : des visites le dimanche (consulter l'agenda). Un programme d'ateliers pour les enfants pendant les vacances d'hiver et de printemps.

© DR
© DR Musée des tissus

Da Vinci Les inventions d'un génie

du 13 septembre au 13 janvier La Sucrière - Lyon

Regarder, toucher, comprendre et surtout faire fonctionner les machines futuristes de Leonard de Vinci, c’est la promesse de l’exposition-événement Les inventions d’un génie, à Lyon à partir du 13 septembre.
Peintre, sculpteur, mathématicien, médecin, ingénieur, architecte, Vinci le touche-à-tout (1452-1519) a dessiné dans les milliers de pages de ses célèbres Carnets des centaines de machines, ancêtres de l’automobile, de l’hélicoptère, du parachute, du triple engrenage, du roulement à billes, du marteau mécanique, du scaphandrier, du bateau à aube, du char d’assaut...

Perfectionnée pendant quatre ans par Jean-Christophe Hubert et Vincent Damseaux (historien d’art et architecte liégeois), entourés d’une vingtaine de corps de métier, l’exposition Da Vinci est la plus importante jamais consacrée au grand Léonard. Après Bruges et Istanbul, avant Barcelone et la Chine, elle a choisi La Sucrière pour présenter sur 1000 m2 plus de 200 objets, dont 100 machines en bois et métal, reproduites en grandeur nature ou maquettes.

Pédagogique avant tout, Da Vinci ne laissera pas le public sur sa faim. Parmi les reconstitutions (liées au thème de l’eau, l’air, les armes, les mécanismes divers, les mesures), dix maquettes à la hauteur des plus jeunes visiteurs permettront de manipuler la poulie, la boîte à vitesse, l’alternateur, l’aile volante…

Une plongée dans l’univers et le cerveau d’un génie, facilitée par dix écrans de visualisation en 3D des machines animées. L’exposition va bien plus loin que son inspirateur, dont les inventions sont demeurées pour la plupart au stade du croquis.
Autre chance : Da Vinci invite le visiteur dans l’atelier de Léonard, au moment où il broie ses couleurs, grâce à une vidéo du peintre de renom Antonio Nuziante, familier des pigments employés par Vinci.
Pour un éclairage complet de la vie et l’œuvre du génie de la Renaissance, arrêt indispensable devant les panneaux explicatifs et les facsimilés de travaux divers de Vinci (dessins, peintures).

Régal supplémentaire : une trentaine d’œuvres originales de Michel-Ange, Raphaël ou Dürer. Du grand art pour tous !

L’exposition Da Vinci, les inventions d’un génie (primaire au lycée), propose aux enseignants (primaire au lycée) un dossier pédagogique et des pistes de préparation à la visite (info@davinciexpo.fr).

© Musée des confluences

Hugo Pratt, lignes d'horizons

du 7 avril 2018 au 24 mars 2019 Musée des Confluences - Lyon

C’est l’expo événement de l’année au musée des Confluences. Celle qui réunit Hugo Pratt et les collections ethnologiques et historiques de l’établissement. Intitulée Hugo Pratt, lignes d’horizons elle laisse s’ouvrir l’univers de celui que beaucoup considèrent comme le grand maître du 9e art et qui s’est imposé comme un artiste majeur au regard des influences qu’il a laissées. Tout en offrant une formidable vitrine pour des objets sortis des réserves pour l’occasion, l’accrochage propose pour la première fois la confrontation de ses dessins et des objets qui les ont fait naître, le travail de recherches mené par le musée montrant qu’il s’est souvent inspiré d’œuvres provenant de grands musées occidentaux et de leurs catalogues imprimés. Découpée en quatre parties sur 750 m2, l’expo s’ouvre par la séquence Initiation à Pratt, permettant aux visiteuses et aux visiteurs de se familiariser avec le personnage, sa vie, ses influences avant de se lancer au cœur de la problématique, une “séquence immersive” conçue comme un voyage dans les géographies, parfois subjectives, de l’auteur. Entre autres, un dispositif audiovisuel interactif figure la carte de l’imaginaire prattien. Table d’orientation fictive, elle guide le visiteur dans cet espace labyrinthique, et l’amène à rencontrer les espaces réels ou rêvés, parcourus ou imaginés par Hugo Pratt avec les peuples qu’il y situe, avec Venise en point d’origine de son imaginaire et de son rapport à la lumière et aux couleurs. La suite se fait plus intimiste pour partir à la recherche de Corto Maltese et ses fantasmagories, les sons et les images qui l’ont porté, la richesse des imaginaires d’Hugo Pratt, infatigable voyageur et mémorable conteur. Ce voyage se termine par une bibliothèque où (re)découvrir les œuvres du grand homme dans un espace lecture et une galerie des 389 personnages qui peuplent ses albums. Sans oublier une sélection de couvertures de revues et magazines qu’il réalisa tout au long de sa vie, une mosaïque de Misterix, Pilote, Corriere dei Piccoli, Linus, Tintin, Pif Gadget, Sergent Kirk, (A Suivre)… à découvrir sur un grand mur.
Bons plans : une visite en famille, Comme un jeu d’enfants sur le thème de l’île aux trésors à travers l’imaginaire d’Hugo Pratt (2, 16 et 30 juin, à partir de 6 ans) et des visites insolites dans le cadre du Lyon BD Festival les 9 et 10 juin.

© DR
© Collection mac Lyon
© Le Muséophone
1629-Carre Double 300L x 600H pixels-01.jpg
1626-ICervantes campagne web.jpg