Festival des Glycines Rendez-vous - festivals en famille, dès 5 ans

Festival des Glycines

du 5 au 25 avril 2021 Festival des Glycines - Montchat ( Lyon 3e)

En avril, les rues de Montchat, à Lyon, se transforment chaque année en un sensationnel jardin fleuri : quelques 300 glycines d'une variété étonnante fleurissent pendant 20 jours.
Elles sont partout, débordantes, parfois centenaires et vraiment spectaculaires, parfois envahissantes, parfois contenues dans de petits jardins. Il s'agit de la plus forte densité de glycines en France et on y découvre toutes les nuances de couleurs connues en allant de surprises en étonnements.
Le Festival des Glycine, du 5 au 25 avil 2021, a pour cadre ce patrimoine végétal éblouissant.
C'est aussi une des rares occasion de sortie demeurant malgré l'épidémie.

Au programme :
- promenades et déambulations
- grand concours primé de photos des glycines de Montchat
- parcours thématiques à pied, en vélo, en trottinette,
Un petit marché aux plantes grimpantes, et des visites guidées les week-end...
Tout est sur le site : http://festival-des-glycines.fr

A noter : une gazette presque quotidienne sur Instagram raconte le quotidien des glycines montchatoise mais aussi de partout autour du monde : https://www.instagram.com/festival.des.glycines

Pour ceux qui l'ignorent, depuis des générations, par tradition, les jardiniers de Montchat plantent la glycine de leur choix devant leur maison, sur rue, comme signe ostentatoire de bon accueil et de leur identité monchatoise.

On compte aujourd'hui quelques 300 glycines, sur rue, de toute couleur, de tout genre, de toute forme, de tout age - certaines centenaires - vestiges magnifiques - qui forment un ensemble végétal d'une originalité et d'une diversité inégalées.
Elles révèlent une histoire lyonnaise assez pittoresque, tout en offrant un paysage urbain sacrément étonnant.
La floraison spectaculaire a lieu dès avril et attirent une foultitudes d'abeilles exitées par les parfums puissants qu'on constate en fourrant sa tête au milieu des grappes de fleurs pendantes.

En vadrouille les p'tits jardiniers !

Ateliers En famille

Elastro sculptures

Sculpture à la maison Musée art moderne et contemporain de Saint-Etienne Métropole - Saint-Priest-en-Jarez

Chouette un atelier : une sculpture élastique ! Conçu par Julie, médiatrice au MAMC+, cet atelier s'inspire de la "Tongue Chair" (chaise langue) de Pierre Paulin, présentée dans l'exposition "Déjà-vu. Le design dans notre quotidien".
4 minutes de lecture et le tour est joué ! Crée ta propre sculpture puis envoie-là au musée. Elle sera publié sur le blog.
Belle création les enfants !

Visites et balades découverte De 7 à 12 ans

Nom de code Vieux Lyon

jeudi 15 avril Rv devant la Cathédrale Saint-Jean - Lyon

A la Renaissance, les foires rythment la vie du Vieux Lyon. La tension monte parfois entre marchands, banquiers et négociants ! La preuve ? Après un voyage dans le temps, on a retrouvé une mystérieuse lettre anonyme menaçant la vie d’un homme ! Chaque équipe va parcourir traboules et cours pour mener l’enquête. Qui est l’auteur de la lettre ? Qui est la cible ? A vous de résoudre les codes !

Le sentier des galets voyageurs Nature - oxygène Dès 7 ans

Le sentier des galets voyageurs

Balade ludique

Cette promenade le long de l’Yzeron est une invitation à découvrir le Sentier Nature des galets voyageurs aménagé sur ses berges jusqu’au Moulin du Gôt. Après les sous-bois, il suit la rivière et découvre les prairies environnantes. Vous pourrez ainsi découvrir l’histoire de ce site à travers la pierre sous toutes ses formes.

Un peu d’histoire
Francheville est l’une des communes les plus boisées de la Métropole de Lyon : bois et parcs occupent près de la moitié de son territoire, principalement le long de l’Yzeron. Le fort du Bruissin, bâti entre 1878 et 1881 sur le point culminant de la commune (310 m), accueille aujourd’hui la Cité des Artistes.

Point de départ : Grand Moulin
Ligne TCL : 73 - C24 | Arrêt : Francheville Bel Air

Le sentier des Rapaces Nature - oxygène Dès 6 ans

Le sentier des Rapaces

La métropole du haut du Mont Cindre

Le sentier des Rapaces parcourt ses hauteurs et vous offre de magnifiques points de vue sur les falaises ocres de Couzon-au-Mont d’Or, le Val de Saône, le plateau de la Dombes ou encore les coteaux des Monts du Lyonnais. Entre deux passages en sous-bois, vous pourrez donc profiter de la brise qui y souffle la plupart du temps ! Ce sentier permet surtout de découvrir le monde fascinant des rapaces. Vous pourrez en observer certains (Buse variable, Faucon crécerelle...) depuis le chemin.

Avec ses 469 m d’altitude, le Mont Cindre est le troisième sommet de la Métropole (après le Mont Verdun 625 m et le Mont Thou 609 m).  

Point de départ : Sentier des Rapaces à Saint-Romain-au-Mont-d'Or.
En bus : ligne 20, arrêt : La Fretta.

Chasse aux trésors
En-quête de Lyon : Tony Garnier, touché-coulé
Le macLyon vient à vous pendant le confinement !
Le blaireau, un animal menacé...
Nature - oxygène Tout âge

Le blaireau, un animal menacé...

Préserver la biodiversité

Après le loup, le renard, voici que l’ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages) a lancé son kit « blaireau » pour sensibiliser les adultes et les enfants de demain à cet animal réputé nuisible alors qu’il est indispensable à la chaine alimentaire et rend de nombreux services à la nature. Ce kit est composé de panneaux explicatifs rigolos, de dépliants à remettre aux enfants et d’un guide plus détaillé pour l’enseignant, l’animateur, il suffit d’en faire la demande auprès de l’association.  

C’est le moment d’attirer l’attention sur ce mustélidé méconnu puisque que c’est la période d’ouverture des consultations publiques sur la vénerie sous terre, une pratique hors d’âge et barbare, qui consiste à déterrer avec des pinces en fer les familles de blaireaux pour les exterminer ensuite.  

Mammifère omnivore familier (mais jusqu’à quand ?) de nos campagnes, le blaireau d’Europe est un animal craintif et plutôt nocturne qui peut vivre jusqu’à 15 ans, mais c’est excessivement rare. Son espérance de vie dans la nature ne dépasse guère les 5 ans (30% d’entre eux meurent chaque année), même si elle peut monter jusqu’à 12 ans, dans de rares cas.

Considéré comme forestier, il est pourtant coutumier de milieux plus ouverts. Malgré qu’il soit classé parmi les carnivores, sa denture ne lui permet pas de dépecer de grosses proies et il ne les poursuit pas.

Adepte d’une alimentation variée, il raffole des baies, des insectes, des serpents (dont il ne craint pas la morsure) et des vers de terre et ne dédaigne pas les tubercules, les racines et les batraciens.

Longtemps considéré comme un solitaire, c’est en fait un animal social qui vit à plusieurs. Un clan de blaireaux compte en moyenne de 2 à 5 individus et des juvéniles qui se répartissent dans un terrier principal.

Parce que l’une des qualités principales de ce plantigrade est sa capacité fouisseuse. En effet, il peut creuser des terriers immenses qui seront utilisés ensuite ou simultanément par d’autres espèces comme le renard, le chat forestier ou le putois. Jugez plutôt ! Il creuse des galeries jusqu’à 3 ou 4 mètres de profondeur sur une distance de 15 mètres de longueur et certaines de ces galeries se déploient sur plusieurs niveaux (des réseaux complets forment jusqu’à 300 mètres de galeries), parsemées de plusieurs entrées principales, souvent de 6 et 20.

Classé meilleur mammifère terrassier d’Europe, il rend également d’autres services à la nature. Il régule les populations d’autres espèces (il adore les larves de hannetons) et joue un rôle de sélection naturelle, il enrichit les sols avec ses déjections, aère la terre et la mélange.
Caractéristique assez singulière pour un mammifère, il est monogame et la femelle garde l’ovule fécondé pendant 10 mois avant que celui-ci se fixe dans l’utérus. Sa réelle gestation dure environ 2 mois, et souvent les jeunes naissent en février mars.  

Des études ont été réalisées dans la région, notamment dans le Rhône, pour tenter de dénombrer le nombre de ces ours modèle réduit. Il s’avère que le blaireau est davantage présent sur les territoires ruraux, même si on a trouvé un terrier sous un immeuble à Sainte-Foy-Lès-Lyon.

On le retrouve majoritairement au nord et à l’ouest de l’agglomération : Monts du Lyonnais, Monts d’Or, Franc Lyonnais*. On estimait en 2011 à 62 le nombre de terriers sur le Grand Lyon soit environ 150 blaireaux répartis sur 42 communes. Dans le Rhône quelques grands terriers connus (et étudiés) auraient plus de 60 ans et l’un d’eux, encore occupé en 2017, l’était déjà en… 1875. Et oui, le blaireau est un animal placide et fidèle.    

Sources internet
https://atlasmam.fauneauvergnerhonealpes.org/accueil/especes/carnivores/blaireau-europeen/ https://www.grandlyon.com/fileadmin/user_upload/media/pdf/environnement/guide-biodiversite/20121128_gl_guidebiodiversite_blaireau.pdf

*appellation ancienne qui regroupe les communes entre la Dombes et Caluire Sources papier Magazine La Hulotte, N° 26, N°44

par GVP

1820-Actilangues BAT vacancesok.gif

TOUJOURS D'ACTUALITE